Médecine Traditionnelle Chinoise

PrLeung
Pr. LEUNG Kok-Yuen (1922-2013)

feuille2 A propos de votre praticien...

Christophe CADÈNE est un professionnel de santé de Médecine Traditionnelle Chinoise (Zhōng Yī ) diplômé de l'Institut de Médecine Traditionnelle Chinoise (I.M.T.C.) de France et de Shanghaï.

Notamment formé à travers les enseignements du Pr. LEUNG Kok Yuen (1922-2013), il est titulaire du Diplôme d'Acupuncture Traditionnelle Chinoise (D.A.T.C.) délivré par la Fédération Nationale de Médecine Traditionnelle Chinoise (F.N.M.T.C.).

Il est titulaire du Diplôme Fédéral d'Enseignant de Qi Gong et Arts Energétiques" (D.F.E.Q.G.A.E.) délivré par la Fédération des Enseignants de Qi Gong et Arts Energétiques (F.E.Q.G.A.E.).

Christophe CADÈNE est formé à l’ensemble des disciplines qui constituent l’arsenal thérapeutique de la Médecine Traditionnelle Chinoise (M.T.C.), à savoir :

  • L'Acupuncture et la Moxibustion : techniques d’aiguilles (Zhēn ) et de chauffage des points avec bâton d’armoise (Jiŭ )
  • Les Thérapies Manuelles : Massages (Àn Mó Tuī Nà 推捺) et Mobilisations ostéoarticulaires (Zhèng Gŭ 正骨)
  • La Pharmacopée/Pharmacologie chinoise : prescriptions de phytothérapie chinoise (Zhōng Yào )
  • La Diététique (Yĭn Shí ) : conseil nutritionnels
  • La Psychologie : « Raisons du Cœur » (Xīn Lĭ 心理)

 

feuille2 Combien de temps dure une séance en Médecine Traditionnelle Chinoise ?

Bien que très variable en fonction de la nature de la pathologie et du profil du patient, une séance de Médecine Traditionnelle Chinoise dure en moyenne entre 45 et 60 mn. Elle peut toutefois être écourtée à une vingtaine ou trentaine de minutes, ou au contraire, prolongée jusqu'à 80 ou 90 minutes.

Le médecin traditionnel chinois commence par établir un bilan en fonction du profil pathologique de son patient, profil établi à partir d'un diagnostic énergétique en 4 Temps (Sì Zhěn 四诊) extrêmement codifié comprenant : 

  • L'Entretien : je discute (Wèn )
  • L'Observation ou Auscultation : j'observe (Wàng )
  • L'examen Audio-Olfactif : j'écoute et je sens (Wén )
  • L'examen Palpatoire : je touche (Qiè )

Une fois le diagnostic énergétique posé, le praticien établit un "Principe de Traitement" personnalisé puis un traitement à l'aide d'un ou de plusieurs des "outils" thérapeutiques de base détaillés plus bas.

 

feuille2 Qu'est-ce que la Médecine Traditionnelle Chinoise (M.T.C.) ?

La Médecine Traditionnelle Chinoise (Zhōng Yī 医) est l'un des plus anciens systèmes médicaux du monde. L'archéologie moderne atteste en effet de l'existence d'une médecine primitive dès les premiers temps de la dynastie des Zhou (1121-771 av.J.-C.).

La pratique de la Médecine Traditionnelle Chinoise s'articule autour de 4 disciplines principales :

1 - L'Acupuncture et la Moxibustion (Zhēn Jiŭ )

Acupuncture
Pratique de la moxibustion et de l'acupuncture (Photo IMTC Paris)

L'acupuncture (Zhēn ) est l'art de l'harmonisation du Qi à l'aide d'aiguilles implantées sur des points spécifiques appelés points d'acupuncture (Xue), et que le médecin traditionnel chinois stimule en vue d'influer sur la charge bioélectromagnétique du corps.
        Les points d'acupuncture sont reliés entre eux par un réseau complexe de canaux d'énergie (Jing Mai) - improprement appelés "méridiens", eux-mêmes connectés aux différents organes et entrailles (Zang Fu) du corps. Ces canaux d'énergie ont pour fonction principale de distribuer et d'alimenter l'ensemble du corps humain en énergie (Qi) dont le centre originel de production et de stockage - autrement dit la "batterie" fondamentale - se situe au niveau de l'hypogastre, soit au milieu des "tripes", région nommée "Champ de Cinabre Inférieur" (Xia Dan Tian) par les Chinois, en étroite correspondance avec ce que les Occidentaux ont nouvellement identifiée et nommée "2nd Cerveau".
       Ainsi, par un jeu subtil de stimulation (tonification, dispersion ou harmonisation) de ces points, le médecin traditionnel chinois régule les flux bioélectromagnétiques afin de favoriser les capacités d'auto-guérison du corps.

Bien que son usage ne soit pas systématique, la pratique de la moxibustion (Jiŭ ), ou "art de chauffer les points d'acupuncture", va de paire avec la pratique de l'acupuncture. Elle consiste à chauffer localement un point ou une zone cutanée à l'aide d'armoise, une plante réduite en poudre ou utilisée sous la forme de bâtonnets, et dont la combustion possède un fort pouvoir calorifique.

 

2 - La Thérapie Manuelle : Massages et Mobilisations ostéo-articulaires (Àn Mó Tuī Nà 推捺 et Zhèng Gŭ 正骨)

La Thérapie Manuelle comprend les Massages (Àn Mó Tuī Nà 推捺) et les Mobilisations ostéo-articulaires (Zhèng Gŭ 正骨), équivalent chinois des techniques ostéopathiques. Tout comme l'acupuncture/moxibustion, la thérapie manuelle à pour fonction de remettre en circulation l'ensemble des fluides corporels, principalement l'énergie et le sang, qui se verraient entravés par des pathologies d'origine tendino-musculaire (nouures, lésion des tissus mous, etc.) ou ostéo-articulaire (déplacement d'une structure articulaire ou d'un corps vertébral).

Tui Na
Pratique de la thérapie manuelle (Photo IMTC Paris)

Après normalisation du trouble par massage ou correction articulaire, le médecin traditionnel chinois pourra compléter son traitement par de l'acupuncture et/ou de la pharmacopée. Il pourra aussi, à titre prophylactique ou curatif, proposer des exercices énergétiques de santé (Qi Gong) que le patient effectuera quotidiennement chez lui.


3 - La Pharmacopée ou Pharmacologie chinoise (Zhōng Yào )

On peut rapprocher la Pharmacopée chinoise (Zhōng Yào de la phytothérapie classique occidentale. Il est toutefois important de préciser que les substances ou "drogues" utilisées dans cet art particulièrement élaboré relèvent principalement du règne végétal.

Pharmacopée
Plante (He Shou Wu) de la pharmacopée chinoise (Photo IMTC Paris)

Quelques rares substances animales et minérales complètent l'arsenal phytothérapeutique du médecin traditionnel chinois. Le règne humain (placenta, cheveux grillés, etc.), aujourd'hui abandonné, était originellement en usage.


4 - La diététique (Yĭn Shí )

Le grand médecin grec Hippocrate de Cos (460-370 av. J.-C.) disait en son temps : "Que l'aliment soit ton premier médicament". L'un des plus éminents médecins chinois, Sun Si Miao (581-682), ne disait pas autre chose, à savoir que : "Le médecin doit d'abord régler l'alimentation et l'hygiène de vie de ses patients, ce qui suffit souvent pour les guérir. C'est uniquement si la guérison est incomplète que l'on doit utiliser les plantes médicinales ou l'acupuncture."

SunSimiao
Sun Si Miao (581-682)

En consultation, l'objectif du médecin traditionnel chinois n'est pas, bien entendu, d'amener ses patients occidentaux à manger comme les chinois, mais bien de se servir des connaissances théoriques élaborées par les sages de l'empire du milieu en matière de diététique afin de les adapter et de les appliquer à notre alimentation occidentale selon le principe ancestral qui préconnise, autant que possible, la consommation de produits de saison et de région."

 

5 - La Psychologie : « Raisons du Cœur » (Xīn Lĭ 心理)

Comment imaginer un seul instant que les humains puissent être résumés à de simples "machines" de chairs et d'os ? La Médecine Traditionnelle Chinoise, qui puise ses fondements aux sources des antiques pensées taoïstes, confucianistes et bouddhistes, avance avec certitude que l'homme est avant tout et surtout une "machine" pensante dont la dimension psychique est intimement reliée à la santé du corps physique. La tradition médicale chinoise prend en charge de cette dimension psycho-émotionnelle de l'être qu'elle nomme « Mise en ordre des Raisons du Cœur » (Xīn Lĭ  心理).

 

feuille2 Les exercices énergétiques de santé (Qì Gōng 功)

Enfin, en plus de ces 5 piliers fondamentaux, le médecin traditionnel chinois pourra recommander la pratique complémentaire d'exercices énergétiques de santéappelés Qì Gōng . Si la tradition annonce souvent un chiffre symbolique de 18.000 Qigong différents, la réalité historique fait plus raisonnablement état aujourd'hui de l'existence de quelques 1500 à 2000 exercices de santé.

Ceux-ci peuvent avoir une visée prophylactique, c'est-à-dire préventive, ayant donc pour objectif d'entretenir un bon état de santé physique et psychique. Ils peuvent également être proprement curatifs afin de favoriser la guérison en cas de pathologie déclarée.

Ainsi, tout médecin traditionnel chinois digne de ce nom se doit d'être en mesure de conseiller ses patients afin de les orienter vers une meilleure hygiène de vie. Le Qigong trouve alors parfaitement sa place dans ce processus de santé que l'on classe dans la catégorie des techniques de nutrition du principe vital (Yang Sheng).

Le praticien que vous consultez dans ce cabinet étant également formé aux techniques énergétiques de santé (Qigong), il saura vous conseiller judicieusement si besoin est. Pour plus de détail vous pouvez consulter le site de l'association Yang Sheng qui dispense depuis plus de 10 ans des cours hebdomadaires d'arts énergétiques et martiaux chinois (Qigong, Taijiquan, etc.).

DSC 0783
Exercices taoïstes énergétiques de santé (Qi Gong)

 

feuille2 La M.T.C. dans le paysage politique et médical mondial ?

Bien que la Médecine Traditionnelle Chinoise n'ai cessé d'évoluer et de perfectionner son système de soin au fil des siècles, les bases fondamentales qui la constituent - sagement pensées et savamment structurées - ont été définitivement établies dès les premiers temps, ont traversé les âges pour parvenir jusqu'à nous en un système toujours parfaitement et merveilleusement valide. Voilà donc plus de 3000 ans que tout un peuple, représentant aujourd'hui plus d'1/5e de l'humanité, fait confiance à un système médical nanti de plusieurs millénaires d'expérience sur l'humain.

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) elle-même recommande l'usage des médecines traditionnelles. Un rapport du Conseil Economique et Social des Nations Unies (Ecosoc/6385) du 12/02/2009 va dans ce sens et rappelle que 80% de la population d'Asie et d'Afrique a régulièrement recours aux médecines traditionnelles. Ce même rapport plaide sans conteste pour le développement et l'intégration des médecines traditionnelles aux côtés du système médical conventionnel en usage dans les pays industrialisés. Toujours selon ce rapport, Mme Xiaorui Zhang, coordonnatrice pour la médecine traditionnelle au département "Médicaments essentiels et politiques pharmaceutiques" de l'OMS, a expliqué que l'objectif de l'OMS était de promouvoir l'intégration de la médecine traditionnelle dans le contexte du renouvellement des politiques de santé publique des États membres.

 

feuille2 La M.T.C. dans le système de soin français

Contrairement à de très nombreux autres pays de l'Union Européenne (Angleterre, Allemagne, Pays-Bas, Espagne, Portugal, Irlande, Danemark, Suède et Suisse, la France reste l'un des derniers grands pays d'Europe à ne pas avoir encore officiellement reconnu la Médecine Traditionnelle Chinoise. Elle demeure donc classifiée au rang des "médecines non-conventionnelles".

Les principales instances fédérales et les syndicats professionnels oeuvrent toutefois pour faire évoluer cette situation. L'une des dernières actions menées fut le dépôt, en novembre 2011, auprès du Ministère des Affaires Sociales, de la Santé et du Droits des Femmes, d'un "Livre Blanc" de la Médecine Traditionnelle Chinoise dont la principale vocation fut de présenter cette médecine ancestrale aux autorités françaises, ainsi que de faire valoir les bénéfices que pourrait en tirer l'ensemble de la population.

La profession de Praticiens en Médecine Traditionnelle Chinoise souhaite en effet voir évoluer la réglementation la concernant. Elle estime que cela aura pour conséquence de permettre à tous d'y accéder et contribuera à réduire les dépenses de santé inutiles en assurant une meilleure coordination des soins. De nombreuses mutuelles et compagnies d'assurance ont, elles aussi, déjà pris la mesure de son importance en remboursant, partiellement ou en totalité,  les actes pratiqués par des non médecins dans le cadre des complémentaires santé.

Ainsi, pour lors, les actes de Médecine Traditionnelle Chinoise pratiqués par des non-médecins ne bénéficient d'aucune prise en charge par l'Assurance Maladie (Sécurité Sociale) et ne peuvent pas prétendre à remboursement par cet organisme.

C'est en revanche vers les mutuelles et autres compagnies d'assurances que les patients, en fonction de la nature de leur contrat, doivent se tourner.

Pour cela, un "relevé d'honoraires" doit être demandé au praticien.